Notre PROCHAIN CONCERT aura lieu :

Le Dimanche 24 septembre à 18h
Aux Marcheurs de Planète (73 rue de la Roquette, Paris 11ème).


Ce que vous ne savez pas encore (ou alors on vous l’a chuchoté à l’oreille…) c’est que nous lancerons à cette occasion un financement participatif, crowdfunding* en anglais, dans le but d’enregistrer notre tout PREMIER ALBUM !
*Vidéo de 1 min pour éclairer les béotiens :

Pour ceux qui veulent mieux connaitre mieux mon projet, je souhaiterais répondre ici à trois questions :

1) Qu’est-ce qui te pousse à faire de la musique ?

Si les émotions étaient une langue étrangère, la musique serait mon interprète. Dès qu’une joie, une peine, une incompréhension ou un émerveillement deviennent trop intenses, dès que les mots me manquent, je m’assieds au piano et pose des accords, des rythmes, murmure des syllabes jusqu’à ce qu’elles deviennent mots. Comme un flot d’images sans filtre, bribes de sens que je jette sur la page pour y revenir plus tard, y mettre des traits d’union. La composition fait sens dans ma vie depuis plus de vingt ans, depuis qu’à douze ans j’ai découvert Sinead O’Connor… La boîte de Pandorre s’ouvre, je m’abîme dans la pop, le rock, le trip-hop, le métal ; quitte les rivages enfantins de la musique classique. Mais je suis une enfant, ou le suis restée : il faut des réponses à mes pourquois. Donc je fais de la musique parce que j’aime ça.

2) Pourquoi soutenir ce projet ?

“Le chant c’est n’est pas la thérapie, mais c’est thérapeutique”, aime à dire ma prof. Combien de larmes, de fous rires, de fards piqués avant de dénouer l’émotion, d’apprendre à la traverser pour que sur scène ne reste que le poignant de l’interprétation, sans les noeuds dans la gorge ! Combien de mues, de scories d’égo éliminées pour transcender le désir d’être vue, pour apprendre à donner au public ! J’aurai écrit et déchiré cent pages, composé et jeté mille poncifs avant d’arriver à ces douze morceaux que nous voulons aujourd’hui graver dans le marbre. (Ou plutôt sur le CD !).

Je tends vers ce métier depuis vingt ans. Ce que ça signifie, concrètement, c’est vingt ans de conservatoire plus ou moins austère, de cours particuliers souvent heureux*, d’échecs, de recommencements, de rencontres, de répétitions, de concerts… tout ceci à côté de la vie “normale” (travail, impôts, famille, amis, sorties, dodo…la vie quoi).
*Merci à mes incroyables professeurs de piano Lucia Abonizio et de chant Jessica Saraf !

La musique séduit, élève, électrise, elle est un accès direct au coeur. Peut-être n’écouterez-vous jamais mes mots ; peut-être que le désir ne vous viendra que plus tard de vous pencher sur les paroles. Qu’importe : aujourd’hui ces mots existent et ils sont forts, forgés au feu de vingt ans d’expérience. Quant à la musique : merci de vous montrer touché.e.s par notre son à chaque concert ! C’est la plus belle des récompenses.

Aujourd’hui, j’ai donc la prétention de faire une halte sur le chemin d’artiste et de vous héler car, si le travail d’auteur-compositeur-interprète n’est jamais terminé, s’il ne peut qu’être jalonné d’étapes au cours d’une vie entière, je crois en avoir franchi suffisamment pour vous proposer un premier album digne de ce nom !

3) Pourquoi maintenant ?
Parce que c’est le bon moment.
Je n’ai jamais été aussi bien entourée : Marie au violoncelle-choeurs et Rafaël à la batterie sont des musiciens pointus, charismatiques, fins avec lesquels notre complicité est palpable.*
*Une amie m’a dit un jour, à la sortie d’un concert : “Il y a quelque chose de presque spirituel entre ta violoncelliste et toi, un lien qui touche à l’âme.”
Parce que le répertoire est plus que prêt.
Cela fait quatre ans que nous nous sommes rencontrées avec Marie, deux ans que nous tournons la totalité de ces 12 morceaux arrangés pour deux, et depuis que Rafaël nous a rejointes il y a six mois, nous avons bouclé des parties de batterie plus que classe. Chronique d’un enregistrement annoncé, nous voilà !
Et aussi… parce que c’était mon ANNIVERSAIRE la semaine dernière !


EN CONCLUSION*…
*Sous-titre : “Bon ok combien il vous faut ?”

Il nous faut 5 000 euros. (Aïe, ça y est, c’est dit !)

Un enregistrement en studio professionnel (avec le mix – ou travail des pistes pour arriver à un bel équilibre entre les instruments – et le mastering – boost du son pour qu’il “envoie du bois” sur tous les supports) coûte 3 000 euros. Le pressage du CD et la création d’un boîtier au graphisme élégant (livret inclus) coûte 1500 euros. Enfin, la commission d’Ulule s’élève à 8% en cas de crowdfunding réussi.

En réalité, le financement participatif – cet appel à votre générosité – constitue un échange.
En contrepartie de votre soutien plus ou moins élevé*, vous recevrez l’album, des posters, des places de concerts, même un concert VIP chez vous si vous mettez le paquet… Tout ce qui fait qu’un crowdfunding est en réalité une surprise party géante pour adultes !
*Il n’y a pas de petite contribution (un sou, plus un sou, plus un sou…)

Je vous communiquerai prochainement un lien vers le crowdfunding.
Vous y trouverez un récapitulatif du projet, une description du genre musical, de beaux graphiques illustrant les diverses sous-sommes de la somme totale, des photos, une vidéo pour vous donner envie, des news des news des news…
Et si vous le voulez bien (littéralement), nous laisserons une trace avec The Art of Love. Vous pourrez vous passer l’opus dans la chambre les soirs de pluie, dans le train lors de longs voyages. On ne vous quittera plus.

Crédit Photo : © Sabine Dundure